Tech'Time A touch of Music

Manu le Malin : le prince du hardcore au Warehouse

Petit prince du hardcore…aka Manu le Malin. Avec près de 30 ans de carrière derrière lui, il reste sans aucun doute l’une des figures emblématiques de la scène techno française. Si j’ai décidé de vous parler de cet artiste aujourd’hui c’est parce qu’il m’a été donné de le voir récemment et que j’en garde un super souvenir.

Tapage nocturne

Ça s’est passé le 17 novembre au Warehouse à Nantes. La programmation de la soirée,100% hardcore, réunissait Manu le Malin en tête d’affiche ainsi que 3 autres DJs de sounds systems locaux (notamment Big Fish & Sylvain des Tripocorp et Alexis de Goditek). En général je ne fréquente pas trop les raves/teufs qui présentent un line up exclusivement hardcore. Mais cette fois-ci j’ai accepté car j’avais envie de voir cet artiste depuis longtemps. J’ai donc pris ma place et je n’ai pas regretté.

Il faut dire que son set nous a littéralement retourné la tête. 1h30 de tapage de pieds sur des sonorités toutes plus fracassantes les unes que les autres. Le hardcore de Manu le Malin « tabasse » mais il tabasse bien. Ce qui est fascinant c’est la manière dont il parvient à nous plonger dans cet univers complètement dark qui lui est propre. Aucune autre musique ne ressemble à ce que peut faire Manu le Malin. Les sonorités très brutes, voire industrielles sont à la fois puissantes, violentes et envoutantes. Il y a, je trouve, un côté presque psyché dans le hardcore qu’il produit et c’est sans doute ce qui fait son originalité.

L’homme mystère

Manu le Malin c’est également un personnage. Un personnage aussi mystérieux et sauvage que peut l’être sa musique. Derrière ses platines, très concentré, il ne décrochera pas un sourire. On sent que la personnalité du type est sombre et sa musique en est le reflet. Lorsque les premières notes de son set font écho, la salle entière est au summum de l’excitation : « alleeeeeeez ». Et puis, ça y est, nous voilà propulsés dans une autre dimension. Plus rien n’existe autour de nous. La musique nous absorbe et nous permet de libérer notre trop-plein d’énergie.

J’ai également été agréablement surprise par les autres artistes qui ont joué cette nuit-là. Je m’attendais à du hardcore hyper saturé, hyper vener (genre de la grosse Frenchcore) et puis finalement les premiers DJs, Big Fish et Sylvain, nous ont passé du Hardcore indus. Ce qui était très appréciable. Alexis qui clôturait la soirée avait fait le choix du mixer du Hardstyle (genre musical que j’exècre en temps normal) et pour le coup, malgré quelques passages que j’ai moins appréciés, son set était plutôt entrainant.

Une qualité sonore impeccable

Je dois avouer que la qualité sonore impeccable du Warehouse ainsi que les jeux de lumières époustouflants, ont largement participé à faire de cette soirée un spectacle à part entière. Pour ma part c’était la première fois que j’y mettais les pieds et j’ai été largement conquise par le dispositif mis en place. La salle est super bien agencée. On ne se bouscule pas. Et surtout…le système son est incroyable !!! Seul bémol : le prix du vestiaire qui était hyper cher (6€ !!!).
Quoi qu’il arrive j’y retourne le 2 décembre pour aller voir Elisa Do Brasil qui nous prépare un gros set Drum & Bass. Je vous en dirai des nouvelles dans un prochain article.

Pour en savoir plus sur Manu

Petite interview : http://www.lesinrocks.com/2016/06/06/musique/manu-malin-jai-envie-de-refaire-hardcore-11835006/

Petit documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=maSjfbYyMMY

Please follow and like us:

0 Replies to “Manu le Malin : le prince du hardcore au Warehouse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :