Le douanier Rousseau

Etant un fervent lavallois, je me dois de vous parler d’un illustre concitoyen : Le douanier Rousseau. Même s’il n’a pas à proprement vécu chez nous, il y est quand même né et comme le dit l’adage populaire : n’oublie pas de là où tu viens.Dans cet article, je vais vous présenter brièvement l’œuvre du douanier et du musée d’art naïf de Laval.

Un lavallois de naissance

Henri Rousseau est un enfant mayennais. Il a grandi dans une famille modeste. D’ailleurs il est encore possible de voir la maison où il a grandi : Il est né dans l’une des deux tours de la porte beucheresse. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le douanier a vécu une partie de sa vie à Laval. Il y a fait ses études, étudiant le droit et en particulier l’octroi (c’est en gros le métier de douanier) qui lui vaudra son surnom. Petite anecdote marrante : Il a dû s’engager dans l’armée pour éviter la prison car il avait volé 20 francs. La victime s’appelait maître Fillon, avocat nantais …Mais le douanier n’est pas reconnu pour ses plaidoiries mais bien pour son art qui a pendant longtemps était moqué.

L’art naïf : un style enfantin

La spécialité du douanier était de peindre des paysages de jungle. Ce qui est vraiment distinctif des tableaux de Rousseau, c’est l’utilisation d’un style novateur à l’époque : L’art naïf. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est une manière de représenter un univers en déformant la réalité. En fait l’art naïf (de ce que j’ai compris), c’est joué sur les couleurs, les perspectives pour leur donner différent de la réalité. C’est d’ailleurs pour cela que l’on dit que c’est une un art enfantin et donc naïf. Car cette manière de peindre rappelle les dessins d’enfant, il y a un côté innocent dans ces peintures. Les expositions sur l’art naïf ne courent pas les rues. A Laval, nous avons le musée d’art naïf, le seul musée en France dédié à ce style.

« Le rêve », par le Douanier Rousseau

Le musée d’art naïf de Laval

Il se situe dans le vieux château, au cœur de Laval. Pour y accéder, il suffit de se rendre sur la place de la trémoille et là impossible de le manquer. Il ne paye pas de mine et pourtant, je pense qu’il en vaut vraiment la peine. Honnêtement, je n’ai jamais eu le temps de le visiter mais dès que j’irai je vous ferai un papier promis. Le musée a dans sa collection des œuvres du douanier, ça paraît évident mais face aux grands musées parisiens c’est pas facile. Histoire insolite, en 2017, le musée a reçu un don anonyme. Il s’agissait d’une œuvre d’Henri Rousseau !! Un gentil donateur a préféré l’envoyer dans sa ville natale, un beau geste n’est-ce pas ?

La place de la trémoille de Laval

Vous avez déjà visité le musée d’art naïf ? Amateur ou curieux, partagez votre commentaire juste en dessous !!

ND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *