Binding of Isaac : TryHard de l’enfer pour les speedrunners !

Un jeu atypique à la fois dans sa forme ainsi que dans son contenu, Binding of Isaac est un jeu complexe mais tellement prenant parfait pour les Tryhardeurs et speedrunners. 

Pour avoir vu jouer des membres de mon entourage jouer, je ne pensais pouvoir parvenir un jour à réussir à jouer à ce jeu ou ne serait-ce que battre un seul boss. Et pourtant… Une envie d’essayer, mais très peu familiarisé avec la manette (bien que ce soit normalement un jeu se jouant au clavier initialement), les début ont été plus que compliqués. 

Défaites sur défaites permettent la prise en main de la manette et les automatismes prennent place. 

Pour ceux qui ne connaitraient pas, le synopsis n’a rien de séduisant.

Un synopsis atypique pour un jeu captivant

Isaac et sa mère vivent paisiblement dans leur maison jusqu’au jour où la mère d’Isaac, croyante chrétienne, entend « une voix venant du dessus« , qui s’apparente à un message de Dieu, lui disant que son fils est corrompu par les péchés, l’invitant donc à retirer tout les péchés de l’enfant. Sa mère obéit et confisque les fruits du divertissement à Isaac.

A l’issu de ce processus, la mère l’enferme dans sa chambre. La voix se fait de nouveau entendre et requiert qu’elle lui offre le sacrifice de son fils comme preuve de sa foi. Sa mère se saisit d’un couteau pour accomplir le souhait divin. Isaac, qui a assisté à la scène, tente alors d’échapper à sa mère en rentrant dans la cave de la maison. C’est ainsi que durant tout le jeu Isaac va tenter de descendre de plus en plus loin dans la cave de sa maison pour fuir la folie de sa maman.

Le joueur est donc invité à aller de salles en salles pour tuer les créatures qu’il rencontre à l’aide de larmes qui deviennent de véritables armes à l’issue des items qu’il rencontre. 

Le jeu entraine le joueur dans une palpitation incroyable puisqu’une seule erreur peut être fatal, les points de vie sont précieux. A chaque nouveau départ, une nouvelle map, des nouvelles créatures, de nouveau items rendant chaque partie unique. Presque 300 succès sont à débloqués pour pouvoir prétendre à finir le jeu, qui compte à elle seule plusieurs fins différents. Le champ des possibles est alors infinie rendant le jeu imprévisible et inlassable. 

Précision et rapidité comme nécessité

 

C’est donc après une bonne trentaine d’essais, que j’ai réussi à « cleaner le premier étage » soit passer au second niveau. Une fois les mécaniques de jeux acquises, les enjeux sont autres et la volonté d’aller toujours plus loin induit la nécessité de faire preuve de concentration et d’habileté permettant in fine de prendre un véritable plaisir à jouer. Réussir à terminer le jeu constitue un véritable challenge et une réelle satisfaction. 

Il ne s’agit donc pas d’être un expert de la manette. La preuve en est, c’est le seul et unique jeu avec lequel j’arrive à maitriser cet outil. Ainsi, même le plus novice en la manière est capable de s’adonner à ce jeu. Pour autant, le danger de perdre une quantité d’heure dans les profondeurs de la maison d’Isaac est bien présente. Et en cas de volonté d’appréhender le jeu malgré de grosse difficultés, Mistermv possède une playlist dédié à ce jeu qui peut prétendre à servir du tutoriel notamment dans la connaissance des multiples items. 

Donc si jamais vous cherchez un nouveau jeu, ou que la curiosité vous pousse à le découvrir, il est disponible sur steam, n’hésitez pas. 

Gamingement votre.

Un commentaire